Aller au contenu principal

Circumambulation transreligieuse

La Dordogne, c’est truffé de Tibétain-e-s ! ça confine même parfois au surréalisme, car c’est pas hyper-fléché*… Imagine : tu descends dans les bois, une petite rando humide et tranquille en suivant le conseil d’un gars qui déchargeait des blocs de marbre portugais d’un improbable 36 tonnes qui t’avait bloqué au milieu d’une petite route de campagne… il fait doux, personne à part le chauffeur de ce petit fenwick qui t’a dépassé et qui a disparu (peut-être dans ce bâtiment caché derrière les bambous, ou dans la cave de cette longère déserte)… et là tout d’un coup, bim : 9 stoupas monumentaux dans une double enceinte de je ne sais pas combien de tonnes !

Un temple à ciel ouvert comme téléporté d’Himalaya. Et un petit panneau qui te suggère de circumambuler, si c’est pas pendant les heures du chantier*. Alors comme c’est la pause lunch, tu prononces le verbe à voix haute pour la première fois de ta vie, et tu t’exécutes – que faire d’autre, à ce stade ?

Tu réalises que les 9 colosses tibétains – dont huit sont encore vides de la statuette, de même que les presque-108 petites niches à l’extérieur – sauf une, bizarrement (l’avant-dernière en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) – les 9 podiums sacrés en forme de bonnet de lama dis-je, sont tous singuliers – même si certains sont presque exactement pareils… l’ensemble étant donc subtilement asymétrique.
Et là tu réalises que tu as vraiment affaire à une culture multimillénaire à laquelle tu ne piges que couic. Enfin sauf si tu es plus bouddhiste que moi !

« Moi » j’ai « fait » (comme « j’ai fait Taïwan ») trois fois les 10jours « Vipassana » de Goenka (dont un service), je kiffe les petits papiers dorés depuis que je suis ado et Tara-la-verte depuis que j’ai trois enfants, j’ai passé des heures à chanter des mantras que je savais à peine traduire et à essayer de comprendre les livres de Chogyam Trungpa ou de je-ne-sais-plus-qui mais je suis a peu près aussi calé en bouddhisme que Marine Le Pen en chrétienté, je crois (sans vouloir jouer le mépris-de-classe-à-l’envers).
Bref, il ne s’agit pas de moi, mais bien de bouddhisme.

Pourquoi donc cette dérive se targue-t-elle d’être « transreligieuse », alors ?
Parce ce qui suit m’a été soufflé par internet après avoir médité et cherché des infos autour du «  » d’Om mani peme Hung, et qu’en plus entre-temps j’ai essayé de comprendre un Upanishad commenté par le co-fondateur d’Auroville – or elle est au moins aussi multimillénaire, sa tradition einh (mais là vraiment je suis si novice que je n’en piperai mot). Concernant les lettres hébraïques, je vous laisse chercher par vous-même – je recommande simplement la lecture du magnifique Voyage de Marie Elia (et ses cercles de soutien :^) Rencontres avec la splendeur.

Pé, en tant que première syllabe du troisième mot du mantra bouddhiste Om mani padme hum, donc (dans sa prononciation tibétaine), c’est l’ouverture du lotus (qui crépusculairement aussi peut représenter le sexe féminin, dit-on).
Pe peut être associé à la fois à la PErsévérance, à la fermeture de la porte du monde animal, à la purification des émotions contradictoires, de la bêtise et des préjugés, à la sagesse tout-embrassante et (plus discutable ?) au tantrique Vairocana et aux vertus des Bouddhas en général.
Sans surprise : sa vibration est bleu ciel (l’orange associé à la lettre hébraïque est sans doute un indice du lien entre la gorge et le second shakra, lié aux émotions profondes, tiens tiens… là aussi – et à la sexualité…)

Ça vous parle ? Ce qui m’a le plus éclairé quant à moi, c’est sa distorsion-type (Klesha) : la torpeur ! je connais ça 😕… Et j’y retrouve encore la thématique de la purification (: alchimie à l’orientale…), qui fait carrefour entre toutes les traditions du monde, comme à leurs façons idiosyncrasiques (c’est-à-dire qui ne se ressemblent pas du tout, à une certaine échelle) le font aussi entre elles toutes la Vie, la Vérité, le Corps & l’Esprit (ou l’Âme, ou le cœur…), le Silence & la Parole (ou le Verbe, ou le Son, ou le Souffle ou bien encore les chansons), le (menu) Mental, le Temps, la Liberté & l’Amour.

Allez, j’y retourne 😇

* L’image parle d’elle-même ! Comme le suggérait un ami taoïste (: encore une vieille école !), c’est même un genre de Koan photographique ^^
Aucun commentaire pour le moment

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :