Aller au contenu principal

Au gré des ouvrages

O si en lisant tu me donnes vie,
si tu me prêtes attention dis en passant,
si mon dire t’agrée, te parle, te réponds, te suit…
grand merci, ça m’est joyeux et bon.

Ici je partage donc, bon an donnant, ce qui n’a pas trouvé d’espace ailleurs encore…
avec un petit mot sur d’où ça nait, par où c’est passé ou comment ça mord – éventuellement.


L’hirondelle a donné son nom – grâce à l’intuition d’un Loïk – à un collectif dont je fais partie et un lieu surtout – enfin, « si ça s’trouve » comme on y dit. Poème à eux dédié :

Aronde, ô queue pointue et tête ronde,
Croche l’esprit aux charpentes du monde
Voyage légère au-dessus des ondes en mai,
Pour venir marier l’été à jamais le ciel,
l’ici et l’ailleurs, singulier pluriel,
ou la boue et le blé.

%d blogueurs aiment cette page :